À propos de l'auteur

Arlette Coustureécrivain

Depuis bientôt 35 ans, Arlette Cousture fait partie de l'univers littéraire québécois. Elle est une des écrivains les plus aimés du lectorat de la province.

Le nom de Arlette Cousture sera toujours associé au succès de Les Filles de Caleb, phénomène littéraire et télévisuel qui a marqué non seulement le Québec, mais toute la Francophonie.  Sur les 2,5 millions de livres vendus par Arlette Cousture, plus de 1,5 millions d'exemplaires ont été Les Filles de Caleb (les trois tomes confondus). Ce roman a vraiment pulvérisé les records de ventes pendant que les téléséries qui en étaient tirées fracassaient les records de cotes d'écoute au Canada français. Véritable phénomène, le livre a même donné naissance à un village thématique qui a attiré les touristes en Mauricie pendant près d’une décennie: Le Village d'Émilie.

Diplômée de l’Université de Montréal, Arlette Cousture est d'abord enseignante à l'école secondaire avant d'amorcer une carrière en communication.  Entrée au service de la télévision de Radio-Canada en 1971, elle y est tour à tour animatrice de Caméra-Moto, recherchiste à pour Week-end à Montréal, interviewer et reporter à Femme d’Aujourd’hui, ainsi que journaliste pour le Téléjournal national et régional.  En 1979, elle entre à Hydro-Québec à titre de conseillère en communication.  Elle y reste jusqu'en 1987.

Depuis cette date, elle se consacre à l'écriture à plein temps.  Après les deux premiers tomes de Les Filles de Caleb, elle publie Ces enfants d'ailleurs, une œuvre en deux tomes nous plongeant dans le destin tragique de jeunes réfugiés polonais, de Cracovie à Winnipeg et à Montréal, sur plus de cinquante ans.  Les deux tomes (Même les oiseaux se sont tus et L'envol des tourterelles) ont connu un immense succès et ont été tous deux adaptés pour le petit écran.  Sur un tout autre registre, en 1998 Arlette Cousture a publié un roman court et intimiste : J'aurais voulu vous dire William.  En 1999, elle a complété le scénario et les dialogues de Gypsies, une télésérie de dix heures diffusée à Radio-Canada à l’hiver 2000.  Au printemps 2003 elle publie au Québec et en France Tout là-bas, qui raconte un épisode d’une rare intensité de la vie d’une communauté insulaire du Nord québécois.  En novembre 2003, elle achève le troisième et dernier tome de Les Filles de Caleb, L’Abandon de la mésange, qui parait au Canada chez Libre Expression et en France chez Albin Michel en avril 2005.

En 2008, paraît Depuis la fenêtre de mes cinq ans, suivi de Petals’ Pub en 2012.

Fait unique, en avril 2011, 25 ans après la parution de son premier tome, Les Filles de Caleb sera transformé en opéra-folk et sera joué sur les planches du Théâtre Saint-Denis de Montréal. L'œuvre principale de Arlette Cousture a été revisitée par Micheline Lanctot qui en signe le livret. Les paroles et la musique sont l'œuvre de Michel Rivard et la mise en scène sera sous la responsibilité de Yvon Bilodeau. Près de 75 000 personnes ont assisté à ce spectacle.

Depuis septembre 2013, elle collabore à La Presse+, en publiant, tous les dimanches, une brève nouvelle basée sur un sujet d’actualité qui l’a particulièrement marquée.

En novembre 2013, elle publie un recueil de nouvelles, Pourquoi les enfants courent-ils toujours après les pigeons. Des nouvelles exclusivement disponibles sur ce portail.

Très impliquée dans l'action humanitaire, Arlette Cousture consacre son énergie en priorité à la sensibilisation de ses concitoyens aux enjeux reliés à la sclérose en plaques — maladie dont elle est atteinte — et à la défense des droits et intérêts des handicapés intellectuels.  Lors de la création d'un fonds de recherche sur le handicap intellectuel, l'Université de Montréal a choisi de le nommer «Fonds Émilie-Bordeleau», du nom de l'héroïne de Les Filles de Caleb; Arlette Cousture a siégé au Conseil d'administration de ce Fonds.

Expérience et implication dans le milieu

Prix et distinctions littéraires

J’aurais voulu vous dire William

Ces enfants d'ailleurs, tome I ou II

Les Filles de Caleb, tome I ou II

Du ventre au temps

Arlette Cousture a en outre reçu en 1993 le Signet d’or de Radio-Québec pour l’auteur féminin préféré des lecteurs.  Elle a été nommée personnalité de la semaine de La Presse (1987), Personnalité littéraire de l'année (1987).  

Prix et distinctions civiques

En reconnaissance de son implication humanitaire, Arlette Cousture a été honorée par l'Office des personnes handicapées du Québec, qui a donné son nom à une salle de son siège social, et par la Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec), qui en a fait un des cinquante bénévoles émérites de ses cinquante ans d'existence (1948-1998) et qui, en 2001, lui a décerné son Prix Opal pour mérite exceptionnel.

à ne pas manquer Une série de nouvelles par Arlette Cousture. Découvrez ce nouveau concept de littérature web.
nouvelles électroniques12 nouvelles publiées exclusivement sur le Web vous seront offertes électroniquement à 15 jours d’intervalle.
expérience intéractive Un accès au portail Web et aux communications de l’auteur, billets de blogues, médias sociaux et infolettres.
Abonnez-vous
aux nouvelles

Abonnement facile et rapide. Commencez votre lecture dès maintenant !